menu
 En optant pour le conventionnement à la Sécurité Sociale, le Chirurgien Dentiste s'engage, notamment, à respecter les clauses des textes de la Convention Nationale et à faire bénéficier ses patients des tarifs conventionnels, en s'interdisant l'usage des dépassements d'honoraires pour les actes visés par cette dernière.

separation

 La nomenclature des actes professionnels des Chirurgiens Dentistes date des années 70. Elle ne tient donc pas compte des progrès considérables que la Profession a connus ces dernières années (implants, soins au Laser, chirurgies spécifiques, etc.). Cette nomenclature comporte également certaines aberrations de fond difficiles à justifier. Par ailleurs, pour des raisons encore ignorées, les dents ont toujours été les parents pauvres de la Médecine en matière de remboursements, ce qui n'est pas le cas dans les pays voisins ; il s'agit du secteur où la prise en charge par la Sécurité Sociale est la plus faible, avec l'optique. Parallèlement, la préoccupation majeure et grandissante des gouvernements qui se succèdent est la maîtrise de l'évolution des dépenses de Santé. Il en résulte un fossé qui se creuse de plus en plus au fil du temps entre, d'une part les réalités économiques du pays et d'autre part, les avancées scientifiques. Le Chirurgien Dentiste, de par la nature de son activité essentiellement basée sur des tarifs imposés est donc pris entre le marteau et l'enclume dans un tel système. Comment, par exemple, faire bénéficier ses patients des bienfaits de la thérapie au Laser, vantée dans tous les pays développés, si en même temps aucun acte de ce genre n'a été prévu dans notre nomenclature ? Il s'agit là d'un exemple parmi beaucoup d'autres : prothèses, implants, etc. La seule alternative possible pour garantir une pratique en adéquation avec les avancées scientifiques est la réalisation d'actes "HN" (hors nomenclature) ou d'actes "ED" (entente directe avec le patient pour tous les soins prothétiques). Les actes HN ne présentent pas de caractère obligatoire. Ils permettent cependant aux patients de bénéficier de soins plus "pointus" et plus attentifs, tant dans le domaine du confort, que de la précision, de la diminution des douleurs, du résultat final, de l'aspect esthétique, etc. Ces actes HN ne sont soumis à aucune règle particulière, chaque praticien appliquant les tarifs qu'il juge nécessaires en fonction de son lieu d'installation, de ses charges de fonctionnement, du personnel qu'il emploie, de l'amortissement du matériel, des produits utilisés, des prestataires auxquels il fait appel, de sa compétence, etc.

separation

 Le choix du conventionnement par la majorité des Chirurgiens Dentistes en France tient surtout au fait qu'il permet aux patients de bénéficier de remboursements par les organismes sociaux, auxquels ils ne pourraient prétendre dans le cas contraire. Certains, pour des raisons qui leur appartiennent, mais que l'on peut imaginer à la lecture du précédent chapitre, optent pour un déconventionnement et ne sont soumis à aucune règle tarifaire. Cette quête de souplesse a un prix : leurs patients ne peuvent bénéficier d'aucun remboursement par la Sécurité Sociale pour les actes qui le sont habituellement.

separation

 Pour terminer sur ce chapitre, il faudrait revenir sur une erreur commune de raisonnement, souvent observée dans l'inconscient collectif : celle qui consiste à exagérer les profits réalisés par la Profession, en comparant, notamment les tarifs prothétiques pratiqués par le Chirurgien Dentiste, à ceux demandés par le prothésiste dentaire au Chirurgien Dentiste. La Presse s'empare régulièrement de ce sujet pour dénoncer des "abus" et jeter le discrédit sur l'ensemble de la profession, en invoquant des marges très confortables et en influençant négativement l'opinion publique à ce propos. Aurait-on idée de calculer la marge effectuée par la prestation d'un avocat en comparant les honoraires de sa consultation au coût de la feuille de papier qu'il a employée pour la réaliser ? Cela suffit à démontrer le côté irrationnel de ces accusations et à dénoncer les scandales dont souffrent trop souvent les professionnels de l'Art dentaire.

separation

 La profession de Chirurgien Dentiste a connu ses heures de gloire à une certaine époque, mais elle est soumise aujourd'hui, à de telles contraintes économiques, qu'elle ne constitue plus un métier que l'on cherche à pratiquer pour des raisons financières. Sans réelle vocation et implication, mieux vaut s'orienter vers d'autres voies...


Site conçu et développé par le Dr Bernard BÉNICHOU - Copyright ©2016
15 Ave de La Bourdonnais - 75007 PARIS


Dernière mise à jour : 6 JANVIER 2016

Mentions légales