menu
 Comme nous l'avons vu dans les pages précédentes, le tartre est le résultat de la calcification de la plaque dentaire. Préférentiellement, il se localise sur la face interne des incisives et canines inférieures, mais en cas d'hygiène dentaire moyenne, il peut se déposer à la surface de toutes les dents. Laisser trop longtemps le tartre en place aboutit inévitablement à un déchaussement prématuré des dents, donc à une mobilité elle-même précoce, conduisant, dans la durée, à une perte systématique des dents atteintes.

separation

 Le détartrage consiste à retirer tous les dépôts de tartre accrochés aux surfaces dentaires et surtout présents dans les espaces inter-dentaires. Ce soin se pratiquait, à l époque, au moyen de crochets affûtés, mais depuis, du fait de l'évolution des techniques, on leur préfère les appareils à ultra-sons, autorisant une intervention de bien meilleure qualité. Les ultra-sons, combinés à une irrigation d'eau produisent un phénomène mécanique capable de disloquer le tartre et autres débris en utilisant le principe de la vibration à haute fréquence. Ils sont sans danger pour l'émail et se contentent d'agir sur toutes les matières adhérant aux dents. La plupart du temps, ce soin est indolore ; il arrive cependant que des sensibilités apparaissent lorsque les dents sont déchaussées ou que les sujets sont jeunes. Dans ce cas, il suffit de procéder à une anesthésie préalable du secteur concerné pour contourner cet obstacle mineur. Parfois, une gingivite avancée oblige à administrer un traitement par voie orale avant de réaliser le détartrage, afin d'éviter les saignements pendant l'intervention et de bénéficier d'une meilleure visibilité. Certains patients atteints de pathologies bien spécifiques ont besoin d'un traitement antibiotique avant tout détartrage, car cet acte banal en apparence, provoque inévitablement le passage de micro-organismes dans la circulation sanguine et peut avoir de fâcheuses conséquences sur l'état de santé général dans certains cas.

separation

 Le détartrage ne rend pas forcément les dents blanches, contrairement à l'idée reçue ; il se contente de supprimer les colorations présentes à la surface des dents, si elles existent, et permet donc, au mieux, un retour à la teinte d'origine. Par contre, il constitue le préalable indispensable à tout traitement de "blanchiment" (voir plus loin). En effet, pour que les agents actifs d'un tel traitement puissent donner le meilleur résultat, il faut impérativement que les dents aient été débarrassées de tout dépôt ou coloration de surface auparavant.

Les ultra-sons combinés à l'eau permettent une pulvérisation parfaite du tartre adhérant aux surfaces dentaires

separation

 Le délai moyen idéal entre deux séances de détartrage est de 1 an, mais en réalité, il faut l'adapter en fonction de chaque patient. Le détartrage constitue souvent le préalable à toute série de soins, car les suites de ces soins seront forcément plus favorables si le "terrain" est assaini en amont. C'est le cas notamment lorsque des traitements parodontaux sont envisagés.

separation

 Le détartrage aboutit à des dents lisses, indemnes de tout dépôt, permet d'améliorer l'esthétique en retrouvant des surfaces dentaires débarrassées de leurs colorations (tabac, thé, café, colorants alimentaires), réduit puis élimine les saignements gingivaux spontanés, supprime certaines douleurs dérangeantes, aide à récupérer une bonne haleine, ralentit le processus de déchaussement physiologique, etc. La liste des bienfaits directs et indirects qu'il procure est très longue et contrairement à l'idée reçue, mieux vaut le pratiquer souvent que l'inverse.

separation

 La perte des dents n'est pas une fatalité. Pratiquer régulièrement un détartrage est la clé du succès dans ce domaine, on ne le répétera jamais assez. En effet, lorsque le tartre commence à exercer ses effets négatifs sur l'os et les gencives, les traitements visant à sauver les dents sont plus lourds, plus contraignants et plus coûteux. Il s'agit des traitements parodontaux, qui allient souvent chirurgie et/ou Laser pour tenter de stopper un processus dégénératif déjà engagé. Leur but est presque toujours le même : enrayer la prolifération bactérienne pour stopper la destruction tissulaire, afin de retrouver des fonctions normales et calmer les douleurs. Ces traitements sont assez variés en fonction des situations cliniques rencontrées et même s'ils produisent des résultats parfois spectaculaires, ils n'en demeurent pas moins des traitements palliatifs destinés à bloquer l'évolution de la maladie parodontale et non à rattraper tous les dégâts antérieurs qu'elle a pu engendrer. En agissant de la sorte, ils permettent de reporter dans le temps la survenue des problèmes irréversibles et contribuent ainsi à maintenir les organes dentaires en place plus longtemps. Chaque mois, chaque année gagnée est un succès permettant de remettre à plus tard l'étape prothétique qui suivra. Nous ne détaillerons pas ici la longue liste détaillée des traitements parodontaux envisageables au cabinet, tant leur technicité varie suivant les cas cliniques rencontrés, néanmoins leur succès est étroitement lié au comportement discipliné du patient en matière d'hygiène bucco-dentaire.

Site conçu et développé par le Dr Bernard BÉNICHOU - Copyright ©2016
15 Ave de La Bourdonnais - 75007 PARIS


Dernière mise à jour : 6 JANVIER 2016

Mentions légales